Chargement en cours
Ma sélection

Lot 333 - FAMILLE MURAT. 16 Lettres Autographes Signées. - Achille MURAT. L.A.S. FROHSDORF, [...]

Estimation : 600 € / 800 €

Adjugé 600 €


Résultats sans frais

FAMILLE MURAT. 16 Lettres Autographes Signées.
Achille MURAT. L.A.S. FROHSDORF, 18 Agosto 1820, en Italien. 1p in-4°.

+ Madame Louise RASPONI, née Princesse MURAT. L.A.S. « Louise RASPONI MURAT, Ravenne le 5 Juillet 1839. 4pp in-8°. « J’espère que le Duc ne m’en voudra pas. Je n’ai point prétendu l’empêcher de faire ce que sa conscience ou sa compassion lui dictera, mais de lui faire voir les conséquences de la démarche qu’il va faire. Sa déclaration ne sera favorable en rien à Mr Cavel… »

+ Madame Louise RASPONI, née Princesse MURAT. L.A.S. Luisa RASPONI MURAT, Lucca 6 Octobre 1839. 2pp in-8, en italien. –

+ Achille MURAT. 3 L.A.S. au Docteur Hippolyte LARREY, 33 rue de l’Odéon. 1840. In-8°

+ Laetitia MURAT-PEPOLI, née Marie Laetitia MURAT (1802-1859), fille de Joachim Murat et de Caroline Napoléon Bonaparte, Nièce de Napoléon 1er, épouse de Guy-Thardie, Marquis de PEPOLI, Comte de Castiglione.
L.A.S. de BOLOGNE (Italie), au Directeur de la Maison de Commission Lasalle et Cie, à Paris. Le 8 Oct. 1840. 1p in-8°. « Je vous préviens, Monsieur, d’avoir reçu le velours que vous m’avez envoyé et d’en avoir été très contente ; le montant de ma dette envers vous de 268 Francs 20 c. vous sera payé à Paris même par Mr MERCEY comme la dernière fois. » -

+ Achille MURAT. L.A.S. Paris 24 Janvier 1841, Hôtel Mirbeau. Au sujet de 10 Actions de la Banque Laffitte. 1p in-4°.

+ Pauline MURAT. L.A.S. 3 Juillet 1841, 4pp in-16°. « J’avais espéré vous faire mes adieux mon cher Monsieur FOISEUILLE, mais notre départ à Léon et à moi s’effectua si précipitamment que je n’espère plus avoir le plaisir de vous voir avant de quitter Paris… »

+ Laetitia MURAT-PEPOLI, née Marie Laetitia MURAT (1802-1859), fille de Joachim Murat et de Caroline Napoléon Bonaparte, Nièce de Napoléon 1er, épouse de Guy-Thardie, Marquis de PEPOLI, Comte de Castiglione.
L.A.S. de BOLOGNE (Italie) le 11 mars 1846, au Directeur de la Maison de Commission Lasalle et Cie, à Paris. 3pp in-8°. Pour la dot de sa fille. « Mon gendre a reçu les draps et les taies d’oreiller dont il a été très content… » il veut « un service de table de cristal pour 24 personnes, un service de table en porcelaine, un service de linge damassé, un dessert, c’est à dire, lumières, surtout, & enfin ce qu’il faut pour une table de 24 personnes assorties au reste. Indiquez la quantité de plats, d’assiettes, de verres … ; de plus il fait venir de paris une teinture pour salon … Je vous prierai de me faire confectionner de suite pour moi 24 mouchoirs de batiste blanc cousus et marqués d’un L avec couronne Royale… je vous prie de m’envoyer à peu près 24 mètres de petite Valenciennes pareille à celle que vous m’avez envoyée pour le trousseau de ma fille… j’attends votre réponse pour la communiquer à mon gendre… » - Petit manque à la signature provoqué par l’ouverture de la lettre.

+ Général Prince Lucien MURAT. 2 Lettres : L.A.S. Paris 21 Oct. 1848. A Mr DELLA-RIPA. « Ma femme désirant me revoir et désirant surtout que son fils qui a déjà 14 ans puisse jouir des avantages que la France offre pour son éducation, est partie sans mon autorisation le premier octobre pour me rejoindre à Paris. » Il ne peut payer les dépenses du voyage et demande des sommes aux administrateurs de ses biens. Et L.A.S. Paris 23 Octobre 1848. A Mr DELLA-RIPA. Sa famille vient le rejoindre à Paris. « J’allais invoquer les articles du testament de ma mère, lesquels assurent à mon fils le remboursement de tous ses frais de voyage , entretien, et établissement en France jusqu’à sa majorité. Ces frais doivent m’être remboursés par les exécuteurs testamentaires de ma mère… »

+ Napoléone MURAT, Marquise du Tillot. L.A.S. 4 mai 1857 ; 2pp in-8°. Chiffre gaufré. « Mon cher Monsieur MOCQUARD, Je ne sais si vous vous souvenez encore de moi… je viens aujourd’hui faire un nouvel appel à votre bonne obligeance et vous prier de vouloir bien mettre sous les yeux de l’Empereur la lettre qui a, en ce moment surtout après les malheurs qui nous ont frappés, une bien grande importance pour moi si votre cœur vous inspirait même à ce propos, quelques bonnes paroles en notre faveur auprès de l’Empereur, je vous en serais toute ma vie reconnaissante. Veuillez faire toutes mes amitiés à votre charmante fille, et recevez, cher Monsieur Mocquard, la nouvelle assurance de mes affectueux sentiments. »

+ Madame Louise RASPONI, née Princesse MURAT. L.A.S. 25 Mai 1858. 1p grand in-8°. « Sire. J’apprends que Votre Majesté va partir partir Dimanche pour Fontainebleau et je suis désolée de l’idée de ne pas la revoir ainsi que l’Impératrice. Serait il possible qu’elle puisse disposer d’un quart d’heure pour moi avant son départ… »

+ C. d’OUTREHAN née MURAT. L.A.S. à Mr MOCQUART, Chef du Cabinet de la présidence, à l’Elysée. 1p in-4°. « Appartenant à une des familles les plus considérables et je suis fière de le dire, les plus considérées de la Guadeloupe (Marie-Galante.). J’ai épuisé en quelque sorte la coupe de l’infortune par suites des perturbations de toute nature qui ont agité le pays. Depuis plusieurs années j’ai successivement habité l’Italie et la France pour l’éducation de mes filles ; mon mari seul est resté sur le champ du désastre. Mon désir le plus vif est de le voir se réunir à nous. Je le sais homme de cœur et d’intelligence, et capable de rendre d’excellents services au Gouvernement. Puis-je espérer, Monsieur, que vous daignerez, prenant en pitié ma situation, me faciliter les moyens de l’exposer moi-même au Prince, avec les autres Titres que notre famille peut avoir à sa haute bienveillance… »

+ Général Prince Lucien MURAT. 2 Lettres : L.A.S. à Mon Cher Mr FREMY. « Je viens d’apprendre par M. Dard, que c’est à vous personnellement et non au Président du Crédit Foncier que je dois des remerciements d’avoir soldé un billet de 21000 Francs en faveur de Mme Mirès… » L.A.S. Paris le 14 Mai 1866. 1p in-8°, Papier gaufré à ses armes. - « J’autorise mon fils le Prince Achille MURAT de louer la maison qu’il a à Clermont Ferrand au prix de deux cents francs par mois. ».

Demander plus d'information