Chargement en cours
Ma sélection

Lot 558 - LA MARTINIQUE. LA MANCHE. 1881. CAMP DE TRIANON. Correspondance d’Emile Coqueres [...]

Estimation : 600 € / 800 €

Adjugé 700 €


Résultats sans frais

LA MARTINIQUE. LA MANCHE. 1881. CAMP DE TRIANON. Correspondance d’Emile Coqueres Soldat de la 35e Cie du 1er Régiment d’Infanterie de MARINE, à sa famille. Il est parti de CHERBOURG (Manche) pour le Camp de Trianon situé aux environs de la Montagne Pelée (Martinique). Environ 23 lettres in-8° réparties sur l’année 1880 et 1881. (quelques défauts). Il raconte son voyage, la vie du Camp, la découverte de la Martinique et des Martiniquais et les troubles du Pays.
« Cherbourg, Je suis en ce moment au Fort des Flamants, il est avancé d’environ 300 à 400 mètres en mer… Nous couchons dans les batteries du canon dans des chambres… il n’y fait pas trop froid on est 50 en tout… (Il aime mieux aller à la Martinique qu’au Sénégal.) Ceux qui viennent de la Martinique disent qu’il ne meurent pas plus de soldats là-bas qu’ici…. La traversée dure 15 jours… Mettre sur l’adresse « Au Camp de Trianon par St Pierre Martinique ». Notre Camp est une ancienne savane appartenant à un Français qui la prête pour rien… Il y a 6 mois que le Camp est commencé. Il évoque les troubles de St Pierre. « que les noirs sont trop lâches et les soldats trop hardis pour se mesurer ensemble. » L’Envoi de 100 hommes à St Pierre ; « Quand il y a une fête ici, c’est l’habitude des noirs de se battre mais à la vue d’un fusil ou d’un coup de feu au besoin, on en met mille en fuite. On nous a fait préparé à l’avance et en 3 détachements (j’étais du troisième)… » « Comme fruits à la Martinique, je connais l’orange, le citron, l’ananas (goût de fraise), ça pousse comme les artichauts, la mangue (goût carotte et miel) gros comme un rognon de porc et même forme l’avocat… la banane…. Le cacao sert à faire le chocolat… Comme animaux il n’y a que des rats et des souris en grande quantité… Comme oiseaux il n’y a que les siffleurs… les serpents de la Martinique sont de couleurs jaunes, orange, noirs et gris. Ce sont ces derniers qu’on voit ici… la nuit le serpent a le cri de la poule qui a ses petits. A la Martinique il y a une infinité de climats. Il y a 6 Compagnies, environ 500 hommes, Dans ma Compagnie ce sont tous des soldats du Pas de Calais.. Un homme pris en état d’ivresse est puni de prison… la discipline est sévère… on a la fièvre du pays… (il envoie des poésies marines). Il faut environ 45 jours pour recevoir une lettre. Il y a un courrier tout les 15 jours qui part de France et un qui part de la Martinique en même temps. » « Depuis un mois j’ai vu deux tremblements de terre… La fièvre jaune est toujours à Fort-Royal et à St Pierre…. » (Extraits)

Demander plus d'information